Cinq jours d’aventure et d’escapades inoubliables en Jordanie

Avant ce voyage tout ce que je savais sur la Jordanie se résumait à son célèbre Pétra et à l’incroyable densité de la mer morte. J’avais tellement entendu parler de ces sites que je me suis promise de traverser les océans pour pouvoir les découvrir un jour. Promesse tenue, j’ai donc effectué une rapide réservation et préparé mon séjour quelques mois en avance. Je vous retrace les endroits qui ont vraiment retenu mon attention durant mon escapade de 5 jours dans ce petit pays d’Asie occidentale.

1er jour : La mer Morte

Vous l’aurez certainement deviné. C’est d’ailleurs l’une des premières raisons de mon escapade en Jordanie. J’ai donc quitté mon petit hôtel à Amman, dans la capitale, pour m’engager dans une nouvelle aventure. Selon le guide, il s’agit de l’endroit le plus bas du monde, c’était peut-être pour ça que je me sentais aussi lourde au fur et à mesure qu’on avançait vers ce site (ou peut-être que c’était mon sac). En tous cas, la sensation est vraiment différente quand on vous dit que vous êtes dans un lieu situé à 400 mètres au-dessous du niveau de la mer.

De ma position je pouvais voir de l’autre côté les rives de la Palestine. J’ai bien sûr tenté l’expérience aquatique. Et vu l’odeur de sel que dégageaient ces eaux, je n’ai pas eu besoin de goûter pour vérifier les explications du guide : la mer Morte est dix fois plus salée qu’une mer ordinaire. Je n’ai pas vraiment entendu les indications sur les autres éléments chimiques qu’on trouve dans le liquide. J’étais plutôt surprise de la facilité avec laquelle je pouvais bouger. J’ai voulu plonger pour voir l’intérieur, mais on m’a tout de suite déconseillé cette tentative. Le sel piquerait directement mes yeux. Je commençais déjà d’ailleurs à sentir les effets sur ma peau.

2e jour : le site de Pétra

On raconte qu’il s’agit de l’une des sept merveilles du monde. Mais comme mes amis le savent, je ne crois pas trop à ce genre de classement. Pour moi, une aventure c’est d’abord personnel. On n’a pas tous les mêmes sensations devant un même monument. J’avoue que Pétra m’a quand même fasciné. En voyant de loin l’entrée du monastère Al-Deir, je me suis tout de suite rappelée de l’une de ces scènes des films d’Indiana Jones. La cité nabatéenne m’a encore réservé d’autres surprises.

Le guide nous demande de le suivre dans le Sîq (terme que je ne connaissais même pas avant ce voyage). Il s’agit d’une entrée effilée, assez longue, qui mène à l’intérieur du domaine du Al-Khazneh. L’accompagnateur nous a fait visiter les tombeaux et présenter les urnes en pierres qui cachent les trésors des pharaons d’après la légende. Le détour a duré jusqu’à la tombée de la nuit. Ce qui est déjà prévu dans le programme. Des milliers de bougies éclairent le site. Ce qui le rend encore plus mystérieux.

3e jour : les châteaux du désert

Bien que ma technique de voyage consiste à dédier une journée pour un site, cette partie de mon escapade en Jordanie m’a semblé la plus longue. Il a d’abord fallu qu’on quitte de bon matin la ville d’Amman en empruntant l’autoroute qui mène vers l’aéroport international Queen Alia. Le trajet a été long, mais les paysages des montagnes d’Arabah et du désert de Rum m’ont aidé à passer le temps. Je pense avoir aperçu le premier château à ma droite. J’avais vu juste, il s’agit du Qasr al-Kharrana. C’est une grande bâtisse très ancienne. Un peu plus loin, des autochtones installent leurs tentes. En descendant de la voiture, j’ai vu que certains me proposaient des cartes postales et quelques boissons locales. Le guide nous fait signe qu’on passera la nuit sur les lieux.

4e jour : toujours sur la piste des châteaux du désert

La nuit m’a semblé rapide. À mon réveil, un savoureux café bédouin m’attendait déjà près de la tente. Un mélange assez fort dont les effets revigorants se sont tout de suite fait sentir après quelques minutes. On a effectué un petit détour dans l’enceinte du premier château avant de reprendre le parcours. La prochaine étape de l’escapade est la résidence royale de Qseir Amra. Comme dans le cas de la première, celle-ci a aussi été construite grâce à l’initiative de Al-Walid 1er, un ancien Calife. Le guide nous demande d’entrer dans le domaine. Le puits a tout de suite attiré mon attention. À quelques mètres de là, les bains et les fresques témoignent de l’importance de cet endroit dans la culture jordanienne.

5e jour : le désert du Wadi Rum

Pour le dernier jour, j’ai préféré visiter le fameux désert de Wadi Rum. Le guide en avait déjà parlé durant les sorties précédentes. Il paraît que c’est un site absolument à explorer, une aventure à vivre. Bien sûr, je croyais qu’il exagérait un peu dans sa description, mais j’avoue que cet endroit m’a laissé d’agréables souvenirs. J’ai aussi eu l’occasion de sortir mon appareil photo pour immortaliser le paysage formé par les falaises et les dunes de sable. Le véritable moment de cette escapade est la découverte de l’oasis perdue au cœur du désert. Jamais je n’ai pensé voir des fleurs de camomilles dans un territoire aussi sec. Le guide demanda au groupe de s’installer pour attendre le coucher du soleil. Un autre spectacle que j’ai pris la peine d’enregistrer.

Laisser un commentaire